Comment ProfilSCAN s’assure de la qualité de ses évaluations ?

ProfilSCAN intègre un indice de fiabilité pour chaque évaluation. Il n’est accessible qu’à l’évaluatrice ou qu’à l’évaluateur.

L’indice de fiabilité est un indicateur supplémentaire (parmi d’autres) pour éclairer l’évaluateur ou l’évaluatrice. À partir de cette information, il ou elle pourra la confirmer ou l’invalider pendant l’échange avec la personne évaluée.

L’indice se mesure en pourcentage. La très grande majorité des profils ont aujourd’hui une fiabilité autour de 100% de fiabilité. En deçà de 50% il n’y a plus de sens à exploiter les résultats du rapport dont la fiabilité semble bien trop compromise.


Temps nécessaire pour passer l’évaluation

Parmi les indicateurs utilisés pour calculer cet indice, nous étudions le temps global de la passation, mais aussi la répartition des temps de réponse à chacune des questions. Cela peut, entre autres, permettre de comprendre les raisons d’un temps de passation global anormalement élevé.

Par exemple, s’il s’avère que sur quelques questions, l’évalué à eu un temps de réponse très élevé, (par exemple parce qu’il a répondu à un appel téléphonique durant son évaluation), alors cela n’impactera pas cet indice. Cependant, si la durée de passation est anormalement élevée, mais sans “pics” particulier, nous disposons alors d’une information supplémentaire relative à la spontanéité du répondant…


Désirabilité sociale

[…] le terme « désirabilité sociale » est également utilisé pour décrire la tendance des individus à donner des réponses socialement désirables lorsqu’ils répondent à des enquêtes ou à des tests de personnalité. Cette préférence, appelée « biais de désirabilité sociale », peut se faire au détriment de l’expression sincère des opinions et croyances personnelles, ce qui a pour conséquence de réduire la validité des conclusions tirées sur la base des réponses des individus.

Encyclopédie Universalis

Ce problème est inhérent à tous les tests d’évaluation de type déclaratifs. Nous ne pouvons pas éviter totalement ce phénomène, mais on peut en limiter l’impact.


Contradictions internes

Parmi les outils utilisés, nous pouvons citer par exemple, les points de repères disséminés dans les questions afin de repérer d’éventuelles antinomies dans les réponses. Le nombre de questions de l’évaluation pourrait être diminué, mais en enlevant ces réponses qui se recoupent entre elles, on diminuerait aussi sa fiabilité.