Pas tous égaux face à la fatigue...

Cerveaux droits ou cerveaux gauches, pas tous égaux face à la fatigue !

Les stades de sommeil et la capacité de récupération vont influer sur la manière dont nous distribuons l’énergie dans la journée. Le bilan de personnalité Profilscan, permet d'évaluer le type de concentration dont nous allons faire preuve.

Nous savons aujourd’hui que les hémisphères droits dominants ne dépensent pas leur énergie de la même manière que les hémisphères gauches dominants, simplement parce les neurotransmetteurs à l’œuvre dans les deux hémisphères, ne sont pas soumis aux mêmes dosages. Les hémisphères gauches dominants sont très attentifs aux détails. Leur niveau de concentration est beaucoup plus important et ils sont de manière générale beaucoup plus attentifs. Ils auront de ce fait davantage de difficultés à retenir leur attention très longtemps et il sera bon qu’ils puissent faire de courtes pauses dans leurs plages de travail.

Modif_260509_S1

Les hémisphères droits dominants au contraire travaillent avec un niveau de vigilance qui n’est pas aussi intense. De fait ils pourront travailler longtemps et sans s’arrêter mais en contrepartie, comme leur niveau de vigilance est moindre, ils seront beaucoup moins attentifs aux détails.

Si cela vous semble un peu obscur, pensez à la conduite automobile..

Certains d’entre nous même s’ils ne le devraient pas, conduisent très longtemps sans faire de véritables pauses. Ils estiment ne pas en avoir besoin et ils ne ressentent pas la fatigue (du moins le pensent-ils). Il sont très généralement hémisphères droits dominants.

Comme ils sont moins attentifs et concentrés, ils se fatiguent effectivement moins. Mais ce sont également eux, qui manquent la bifurcation ou la bonne sortie d’autoroute . Les hémisphères gauches dominants sont plus attentifs. Ils se fatiguent donc également plus vite.

Et comme toujours, la bonne équipe de travail sera souvent celle qui parviendra à faire travailler ces deux types de profils l’un avec l’autre, car ils seront complémentaires.

Philippe Turchet