L’intelligence émotionnelle

A l’ère ou toutes les compétences sont mesurées par la manière dont le cerveau traite les informations et où les ronrons du discours simpliste ne sont pas toujours repris à bon escient, «les hommes font comme ceci, les femmes font comme cela…», les tenants de l’intelligence émotionnelle nous rappellent toutes les vertus de nos motivations.

Faisons une métaphore:
654920 «Est-ce si important en effet de savoir, lorsque nous partons en promenade mon chien et moi, que nous n’avons, non seulement pas le même type de cerveau, mais qu’en outre nous n’utilisons pas les mêmes sphères cognitives ?

Est-ce bien important de savoir que nous n’utilisons pas non plus les mêmes aires, et que la construction différente de notre corps calleux ne lui permet pas d’atteindre mes performances cognitives ?

N’est-ce pas plus intéressant de savoir que lui et moi sommes heureux de nous promener et que nous passons un bon moment, à marcher pour moi et à gambader pour lui ; qu’en l’occurrence nous sommes contents de le faire ensemble, que d’une certaine manière lui et moi, nous constituons une équipe de promenade soudée.»

Certaines équipes pourtant capables de travailler à cerveau total, parce qu’elles en ont toutes les compétences cognitives, échouent là où d’autres équipes au premier abord moins bien armées d’un point de vue cognitif, réussissent mieux, parce qu’elles sont tournées ensemble vers les mêmes objectifs.

Le test de personnalité Profilscan va s’attacher à mesurer les complémentarités. Il va le faire d’un point de vue cognitif, bien sûr, mais l’outil ne s’arrête pas là, car il ne ferait, une fois de plus, que comparer mon fonctionnement cérébral avec celui de «mon chien». Profilscan parachève la démarche en croisant les capacités cognitives d’une personne avec ses motivations.
La différence entre les équipes se lit alors dans leur niveau collectif de confiance en eux, d’empathie et de capacité à communiquer.

Il semble bien qu’en termes de performance professionnelle collective les outils liés à la mesure du quotient intellectuel, souvent issu de tests psychotechniques aient bien définitivement vécu.
La ressource humaine privilégiée dans les années 2010 aura sans doute moins à voir que ce que l’on croit avec celle engagée dans les années 1990.
L’intelligence émotionnelle est un vocable qui n’est apparu pour la première qu’à la fin des années 1980 et sa prise en compte transforme déjà le fonctionnement de nombreuses structures…

Philippe Turchet